basbasLa question que beaucoup de personnes se posent : l'ancien ministre Philippe Bas arrivera-t-il à se poser dans le sud-Manche?
Pas au niveau immobilier, puisqu'il a acheté une propriété à Saint-Pois, mais politiquement.

Petit retour en arrière. L'actuel conseiller général Gérard Chénel ne souhaite pas repartir pour un nouveau mandat.
Il a demandé à Philippe Bas, candidat malheureux aux dernières législatives, de revenir dans le sud-Manche et de se présenter sur le canton.
La campagne des élections législatives lui a permis de découvrir, d'apprécier le territoire et de se faire de nombreux amis.
Il n'arrive donc pas sur Saint-Pois en terra incognita.

 

Est-ce la présence d'une personnalité politique d'envergure nationale qui pousse autant de candidats à se présenter sur ce scrutin sur le canton de Saint-Pois. « L'envie de se faire un ministre ?»
Le canton du sud-Manche a la particularité d'être l'un des plus faibles démographiquement mais aussi celui d'avoir le plus grand nombre de postulants pour sièger au Conseil Général.

100_7814Ce n'est pas moins cinq candidats qui vont s'affronter sur ce petit bout de territoire :
- Philippe BAS (UMP),
- Patrice CELLA (gauche), dirigeant d'entreprise,
- Jean-François HUE (MODEM), ancien médecin et ancien suppléant de la candidate Lydie Créspin (MODEM) aux législatives 2007 (cette dernière est devenue assistante parlementaire du député UMP Guénhaël Huet),
- Jean-Pierre JUILLARD (apparenté UMP), retraité commercial,
- Denis LEPAGE (sans étiquette), maire de Coulouvray-Boisbenâtre, se disant avoir le soutien du député Huet.

De nombreux dossiers attendront le futur conseiller général de Saint-Pois.
Les deux principaux sont le tracé de la future ligne THT (Très Haute Tension) et le CET (Centre d'Enfouissement Technique), pour le profane le centre de déchets, de Cuves.
Le tracé de la ligne THT satisfait peu de personnes (cf. commune de chevreville). La communication avec RTE, gestionnaire des lignes électriques, et les pouvoirs publics semble perfectible. Le futur conseiller général devra intervenir auprès de ces institutions pour tenter de concilier les parties.
Quant au CET, il est légitime de s'interroger de la pertinence du site choisi, à Cuves, qui se trouve à proximité de la Sée, rivière qui alimente en eau potable une partie de l'avranchin et notamment la sous-Préfecture.
Qu'en pensent aussi les élus des communes en aval du site projeté? N'y a-t-il pas un risque de santé et de salubrité publique pour ses habitants?

 

La campagne des cantonales semble moins hostile pour Philippe Bas que celle des législatives. Encore que.
Il lui est toujours reproché son « parisianisme », son « parachutage » sur le territoire, ...
Il faut croire que pour être un bon conseiller général, il faut être né sur le canton, avoir fait sa première et sa deuxième communion dans la paroisse, s'être marié avec une fille du coin, ... Je plaisante, à peine.

On voit ici le niveau de la campagne; guère plus basse que celle des législatives. Il ne manque en réalité que les autocollants.
Des tracts d'un mouvement local « bocage et avenir » ont circulé sur le canton, peu avenant pour l'ancien ministre.
Ce mouvement a particulièrement soutenu Guénhaël Huet aux dernières législatives.
Rappelons qu'à plusieurs reprises le député a déclaré qu'il s'opposerait au retour politique de son rival sur sa circonscription.
Ceci explique cela.

N'oublions pas que Philippe Bas a été battu au second tour des législatives après une campagne systématique de dénigrement. Sur le fait qu'il ait été « parachuté », qu'il soit un haut fonctionnaire, ...
Et alors?
Question parachutage, il n'est pas le premier, il ne sera pas le dernier. A gauche, à droite ou au centre.
Il se produit souvent quand un parti ou mouvement estime qu'une circonscription n'a pas la bonne personne au bon moment ...
Quant à sa carrière, je pense que, vue la situation économique et sociale - en déclin - du territoire plus particulièrement le Mortainais, c'était peut-être une chance pour ses habitants d'avoir une personnalité de son envergure, de sa compétence.
Les électeurs n'ont pas saisi la perche. Espérons qu'ils le regretteront pas.

Les mots de la fin pour le futur ex conseiller général Gérard Chénel.
Il déclare, non sans pertinence, dans les colonnes de la Manche-Libre de cette semaine (page 60) ce qui suit :
« Les autres candidats ne se présentent pas dans l'intérêt du canton. C'est tous contre Philippe Bas. C'est pourtant un homme qui a eu des responsabilités nationales, il a les clefs pour ouvrir les portes. Si les électeurs ne sont pas capables de comprendre qu'il y a une opportunité à saisir pour le développement de notre canton, alors j'en serais malheureux. »


Ci après un reportage de France 3 Basse-Normandie datée de ce jour et les professions de foi des cinq candidats.


la vidéo :


Philippe BAS, futur conseiller général de Saint-Pois ?
envoyé par francois50300

 



les cinq professions de foi (merci à Casimir Lechevalier qui, à ma demande, m'a adressé les documents)

- Philippe Bas / François Mauduit : recto-verso
- Patrice Cella / Clarisse Lescure-Declosmesnil : recto-verso
- Jean-François Hue / Brigitte Hue : recto-verso
- Jean Pierre Juillard / Catherine Lelandais : recto-verso
- Denis Lepage / Laurence Julien : recto



BAS_1008
BAS_2009CELLA_1010

CELLA_2011

























































hue_1012hue_2013juillard_1015juillard_2016


























































lepage014