100_8319Le Scriptorial, musée des manuscrits du Mont-Saint-Michel, à Avranches (50) accueille du 4 avril au 1er juin une exposition du calligraphe arabe Hassan Massoudy.

Le dossier de presse de l'exposition décrit les oeuvres de Massoudy comme le fruit d’un entrecroisement entre le passé et le présent, entre l’art oriental et l’art occidental, entre la tradition et la modernité.

100_8272L’artiste a la volonté de s’éloigner de la tradition calligraphique pour se lancer dans une recherche esthétique. Il épure son trait, tend vers une grande simplicité de la ligne, la couleur apparaît pure.
Le mouvement des lignes, leur légèreté, leur transparence, le rapport entre le noir et le blanc, le plein et le vide, le concret et l’abstrait sont des particularités propres à ses créations et qui nous procurent un réel plaisir à les contempler.

100_8268Ses calligraphies deviennent un signe ou encore un symbole pour signifier, interpréter les mots, les phrases écrits par des poètes, des philosophes, des écrivains du monde entier, ou dits simplement par la sagesse populaire. On accompagne l’artiste dans un surprenant voyage à travers l’espace et le temps. Son art est une fascinante façon de relier la réflexion morale à la recherche esthétique.
Cette recherche a mené Hassan Massoudy à concevoir une nouvelle calligraphie qui s’inscrit véritablement dans l’art contemporain.

100_8270Toutefois l’artiste ne rompt pas entièrement avec la tradition de la calligraphie, il a gardé l’esprit noble de l’artisan qui fabrique ou invente ses outils et prépare lui-même ses encres.
Mouvement des lignes, leur légèreté, leur transparence, le rapport entre le noir et le blanc, le plein et le vide, le concret et l'abstrait...

100_8273L'exposition a été inaugurée vendredi 4 avril dernier en présence de l'artiste, d'élus locaux (Guénhaël Huet, député-maire d'Avranches, Jean Andro, conseiller général, Frédérique Heurguier, conseillère régionale, etc) et des responsables du musée dont Lucie Truca, stagiaire, qui a "monté" l'exposition (cf. interview en fin de billet).
Pendant de ce vernissage, entre les classiques discours dont celui d'Hassan Massoudi (mis en ligne ci-après), les organisateurs ont eu la bonne idée de colorer musicalement l'évènement en invitant le groupe, Djuwel, jouant dans un répertoire arabo-andalous (premier morceau joué en ligne ci-après).

  1. discours d'Hassan Massoudy :


    discours d'Hassan Massoudy au Scriptorial d'Avranches
    envoyé par francois50300

  2. le groupe Djuwel :


    Djuwel à l'expo Hassan Massoudy au Scriptorial d'Avranches
    envoyé par francois50300



présentation d'Hassan Massoudy

hassan_massoudy_photoHassan MASSOUDY est né en 1944 à Najef, une ville du sud de l'Irak.
Il grandit dans une société traditionnelle marquée par la rigueur de la religion et la brûlure du désert, mais aussi par la joie collective des grandes fêtes et l'esprit de solidarité. Très jeune, dans cette ville où toute image est prohibée, il investit sa passion de l'art dans le dessin et la calligraphie et consacre toute son énergie à se procurer papiers et pigments. En 1961, il part pour Bagdad comme apprenti chez différents calligraphes. Il y apprend son métier. Il visite des expositions d'art moderne qui l'émerveillent et rêve de faire des études d'art. Mais il se trouve pris au cœur de la tourmente politique qui conduira à l'avènement de la dictature.
Après de multiples séjours en prison, il quitte l'Irak pour la France en 1969, libre mais déchiré.
95rIl entre à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris. Là, il fait de la peinture figurative. Il
n'abandonne néanmoins pas la calligraphie, elle lui sert à financer ses études en réalisant des titres pour des revues arabes. Petit à petit, la calligraphie va s'infiltrer dans sa peinture figurative, pour, à la fin, prendre sa place et la faire disparaître.
En 1972, avec le comédien Guy Jacquet, puis rejoint quelques années plus tard par le musicien Fawzy Al Aïedy, il créé le spectacle Arabesque et commence à faire des créations publiques de calligraphie arabe projetée sur grand écran. Avec ce spectacle, mêlant musique, poésie et calligraphie, durant treize années, ils vont tous trois sillonner la France et l'Europe. Par cette pratique, Hassan Massoudy est à la recherche de la spontanéité du geste et de l'instantanéité de l'expression. Cette expérience marque un tournant dans son travail.
102rLe tracé de sa calligraphie devient plus rapide et son geste plus large. Traditionnellement la calligraphie arabe se réalise principalement en couleur noire. Afin de mieux exprimer ses sensations, il va introduire la couleur dans ses œuvres de grand format sur papier.
Parallèlement à ses créations picturales, seul, il va continuer à faire des créations/improvisations en public, intitulées Calligraphie d'ombre et de lumière.

infos complémentaires sur le site internet de l'artiste :  pagesperso-orange.fr/hassan.massoudy


animations autour de l'exposition

  • Jeudi 15 mai 2008 : conférence / démonstration de calligraphie arabe par Hassan Masssoudy, à 19h au Théâtre (durée : 1h30)
  • mercredi 28 mai 2008 en présence d'Hassan Massoudy : le matin rencontre (sur réservation) et l'après midi atelier de calligraphie moderne (sur réservation)

    réservation : contacter le Scriptorial (infos infra.)

infos pratiques

  • jours et heures d'ouverture du Scriptorial
    Février à avril : en semaine – sauf le lundi : 10h à 12h30 et 14h à 17h / les samedis et dimanches : 10h à 12h30 et 14h à 18h
    Mai / juin / septembre : 10h à 18h - sauf le lundi
    Octobre à avril : en semaine - sauf le lundi : 10h à 12h30 et 14h à 17h  / les samedis et dimanches : 10h à 12h30 et 14h à 18h
    Fermeture en janvier.
    Fermeture les jours fériés : 1er mai, 1er novembre, 25 décembre

    Fin de la billetterie une heure avant la fermeture du musée
  • Tarifs (musée y compris l’exposition temporaire)
    Individuels :
    - normal > 7 € / Tarif réduit > 3 € (Bénéficiaires du RMI, demandeurs d’emploi, étudiants, jeunes de 10 à 18 ans) / Enfants de moins de 10 ans  > gratuit
    - seniors (+ de 60 ans) et Carte Cézam > 5 €
    - famille > 15 € (quel que soit le nombre d’enfants, de moins de 18 ans)

    - Carte Ambassadeur (réservée aux habitants d’Avranches) > 15 € / an
    - Carte Pass (abonnement d’une année) > 30 € /an

    audioguide > 3 € (Langues : français, anglais, allemand, espagnol, néerlandais et italien)

    Groupes :
    - scolaires > 02 33 79 57 06
    - groupe de 15 personnes minimum > par personne > 5 €
    Supplément guide, visite simple (1h) > par groupe > 20 €
    Supplément guide, visite conférence (1h30) > par groupe (20 pers. maxi) > 30 €
    - forfait car, avec visite guidée comprise > 200 €


brochure de l'exposition :

exposition Hassan Massoudy à Avranches (50) - Upload a doc

Read this doc on Scribd: exposition Hassan Massoudy à Avranches (50)


interview de Lucie Truca, stagiaire au service des musées et du patrimoine de la ville d'Avranches.

  • Lucie Truca, présentez vous ?

« Je suis étudiante en licence professionnelle "Conception et mise en oeuvre de projets culturels".
Je réalise mes études à distance. Ce qui me laisse le temps de me professionnaliser notamment en réalisant un stage d'une durée de six mois.
Je suis native du sud-Manche et plus exactement de Granville. 
»

  • comment avez vous été recrutée au Scriptorial et quelles sont vos activités ?

« Lors de ma seconde année d'Histoire de l'art à Rennes, j'ai entendu parler de l'ouverture d'un musée à Avranches, je m'y suis intéressée et j'ai posé ma candidature.
En ce qui concerne le recrutement au Scriptorial, il n'est pas difficile lorsque l'on est stagiaire d'y être acceptée.
Disons que c'est l'éternel problème pour nous, on préfère recruter des stagiaires pour éviter de créer de nouveaux postes.
Au cours de mon stage j'ai été chargée de participer à la mise en place des expositions temporaires. Notamment celle des Ex-libris et la toute dernière : Hassan Massoudy et la calligraphie arabe contemporaine.
Il y a l'organisation qui induit l'envoie de devis pour des produits nécessaires au montage de l'expo ou encore pour les produits boutiques. Il faut bien entendu assurer les oeuvres.
Lorsque l'heure approche du montage, il faut penser au public, créer des documents  comme Le journal de l'exposition ou encore Le codex du jeune visiteur. Et pour finir nous devons assurer les visites autour de l'exposition et pour le moment nous avons de nombreuses demandes.
»

  • cotés positifs et négatifs de cette expérience ?

« Mon stage m'a permis de me professionnaliser dans ce domaine.
J'ai été très bien encadré au départ. Ce stage m'a permis de développer des connaissances en informatique.
En ce qui concerne le montage de la dernière exposition, j'ai été dans l'obligation de faire appel à l'aide d'un autre stagiaire David Quinton, qui a été recruté, au départ, pour réaliser des visites guidées du Scriptorial. Mais comme vous pouvez le constater nous devons être polyvalent avant toute chose. Cette personne m'a apporté une aide précieuse car monter sur une échelle pour accrocher des tableaux à plus de deux mètres de haut ou encore soulever des vitrines, ne sont pas des tâches faciles  pour la gente féminine.
Disons que pour cette exposition, je me suis sentie seule et en même temps autonome, il me fallait prendre des initiatives.
Je regrette de ne pas avoir eu l'occasion de discuter avec l'artiste, après avoir passé des mois à étudier son travail...
Juste une dernière chose qui a été le plus négatif, et qui concerne la rémunération des stagiaires, après six mois de stage, je n'ai reçu que 305 euros et seulement le mois dernier. Je suis un peu étonnée par le manque de sérieux, nous sommes étudiants, nous avons pour la plupart un loyer à payer, alors si en plus nous effectuons un stage long et non rémunéré, vous imaginez la galère que nous pouvons vivre.
»

  • Et l'avenir ?

« Aujourd'hui le mot "avenir" n'a plus le même sens. Nous sommes beaucoup à effectuer des études dans le domaine de la culture et du patrimoine et disons-le clairement les postes ne sont pas nombreux et cela risque de chuter d'avantage. Restriction budgétaire pour la plupart des collectivités publiques. Néanmoins j'ai l'espoir avec la diversité de mes expériences professionnelles déboucher sur quelque chose. Il faut y croire plus que tout même face aux difficultés qui se profilent à l'horizon. »