n_ons_sous_la_THT

Cette fin d'année 2008 est riche en évènements autour de l'EPR - réacteur nucléaire de troisième génération - en construction à Flamanville dans le nord-Cotentin et de sa tentacule : la ligne THT - Très Haute Tension - 400.000 volts.
Début décembre, on apprend que les coûts de l'EPR explosent de 20% (4 milliards d'euros contre 3,3 milliards prévus initialement). L'augmentation des matières premières et des contraintes supplémentaires en matière de sureté expliqueraient ce surcoût. Il engendrera une réévaluation à la hausse du coût du Mégawatt/heure (55 euros le MWh, contre 46 euros le MWh); remettant en question pour certaines ONG l'avantage économique du nucléaire (lire ).

La nouvelle ligne THT Cotentin-Maine destinée à transporter l'électricité produite par le futur EPR fait toujours débat.
Son utilité ou existence est globalement moins contesté que les nuisances induites à proximité des habitations.
Face au mutisme de RTE (Réseau de Transport d'Electricité) et des pouvoirs publics sur l'innocuité de la THT sur la santé des populations et animaux, de nombreux maires (35 dans la Manche) ont pris il y a quelques mois des arrêtés interdisant l'implantation de pylônes sur tout le territoire de leur commune ou fixant un périmètre de protection au motif du principe de précaution, principe figurant dans la Charte de l'environnement elle même inscrite dans le préambule de la Constitution.

Mardi 23 décembre 2008, le Tribunal Administratif de Caen, saisi par le Préfet de la Manche et RTE, a annulé certains de ces arrêtés (cf. vidéo sous le billet).
En effet seulement 15 arrêtés municipaux sur 35 étaient contestés. Quid des 20 autres? Pourquoi n'ont-ils pas été déférés devant la juridiction administratives comme vaudrait la logique puisqu'ils remettent en question le passage de la THT dans certaines communes.
Par ailleurs d'aucuns se sont étonnés de la célérité de la procédure et du rendu de la décision administrative. Généralement il faut compter au minimum un an entre la saisie du tribunal et la décision. Or le premier arrêté semble avoir été pris il y a 6 mois environ.
Il semble qu'il y ait urgence pour les pouvoirs publics et RTE de faire rentrer dans le rang les communes récalcitrantes pour ne pas retarder la construction de la ligne 400.000 volts qui doit - n'oublions pas - être opérationnelle pour la mise en service du réacteur EPR ... en 2012, c'est à dire dans seulement 3 ans.

Le combat sur le terrain juridique n'est pas clos puisque les élus, déboutés, feront vraisemblablement appel de l'annulation des arrêtés anti-THT.
La lutte se poursuit aussi au niveau des associations anti-THT. Réunions publiques, manifestations sont régulièrement organisées par ces structures.
Le prochain évènement, original, est un rassemblement organisé par l'association Percy sous Tension non loin de Villedieu-les-Poêles (50).
Nom de code de l'opération : « néons sous la THT ».
Le public est invité à se retrouver sous un pylône THT dans un champ en bordure de l'A84 vendredi 26 décembre 2008 à 18h00 sur la commune de Fleury .... muni d'un néon (il pourra en être prêté sur place). Cette action vise à sensibiliser les participants des effets (méfaits) électromagnétiques des lignes 400.000 volts.
Un fléchage du lieu sera mis en place. Chaussures étanches ou bottes vivement conseillées.
Infos compémentaires : www.percysoustension.fr


vidéo : annulation des arrêtés anti-THT par le Tribunal Administratif de Caen (source : France3 Basse-Normandie du 23 décembre 2008)