Le contournement "est" d'Avranches refait parler de lui. Et bonne nouvelle (?) il n'est pas impossible que sa réalisation se fasse avant 2014.

Retour en arrière. L'autoroute A84 qui relie les deux métropoles régionales Caen et Rennes a la particularité d'être une voie expresse au pied d'Avranches. La ville est longée par l'ouest par la route nationale 175.
Techniquement la mise aux normes autoroutières de ce tronçon semble impossible. La seule solution pour que l'A84 puisse être continue sur tout son parcours est de contourner Avranches par l'est.
Cette option favoriserait le désenclavement routier de l'ouest du Mortainais en le raccordant directement à l'autoroute.

Déjà les acquisitions foncières sur le fuseau ont été réalisées à la hauteur d'1,5 millions € il y a quelques années.
Reste à définir le tracé exact de l'autoroute dans le fuseau et surtout à financer sa réalisation.

Depuis quelques mois, le député-maire d'Avranches Guénhaël Huet n'a pas ménagé sa peine pour tenter d'obtenir de l'Etat ce financement. Rendez-vous dans les ministères (environnement) et secrétariats d'Etat (transports)

On aurait pu croire que le lobbying du député allait porter ses fruits à l'occasion de la présentation du plan de relance de l'économie dit "Fillon" courant février.
Ce programme anti-crise de 26,5 milliard d'euros vise à relancer l'économie par une politique d'investissements notamment de travaux autoroutiers et ferroviaires.
Pas de chance, le contournement "est" d'Avranches n'a pas été retenu par le plan du gouvernement.

Cet "oubli" avait été relevé à l'époque par de nombreuses personnalités politiques locales de gauche comme de droite.

Séance de rattrapage. Mis à mal le député Guénhaël Huet est retourné au charbon pour faire avancer le projet soutenu par son collègue parlementaire le sénateur de la Manche Jean Bizet.
Nouveaux rendez-vous aux cabinets du ministère de l'environnement (Jean-Louis Borloo) et du secrétariat d'Etat aux transports (Domnique Bussereau), «conversations dans les couloirs du Sénat et de l'Assemblée Nationale avec les deux ministres» dixit Ouest-France du 27 mai 2009.

Ces différentes démarches semblent avoir fait avancer le dossier puisque les parlementaires ont reçu le 22 mai dernier un courrier signé conjointement par les deux ministres précités disposant que le contournement "est" d'Avranches figurera dans les opérations prioritaires que l'Etat souhaite pouvoir inscrire dans les PDMI (Programme De Modernisation des Itinéraires) 2009-2014 qui seront négociés entre l'Etat et les collectivités territoriales (Conseil Général et Conseil Régional).
En cas de contractualisation, le coût des travaux estimé entre 25 et 30 millions d'euros pourrait être pris en charge à 50% par l'Etat et 50% par les collectivités territoriales.

Cela appelle quelques remarques.
Une fois de plus le contribuable normand et manchois paieront trois fois un tronçon dont la compétence relève de l'Etat : impôts d'Etat et impôts locaux (département et région).
Si la déviation "est" avait été intégrée au plan de relance, son financement aurait été supporté par la collectivité nationale, donc à moindre coût pour le contribuable local que nous sommes.

Je ne rappellerai jamais assez l'incompétence de nos anciens responsables politiques manchois des années 1960 et suivantes qui n'ont pas su monnayer avec l'Etat les installations nucléaires présents dans le Cotentin en contre-partie du désenclavement ferroviaire et autoroutier du territoire.
Les investissements faits à l'époque auraient été financés  (et amortis aujourd'hui) par l'Etat donc supportée la collectivité nationale et auraient attiré des entreprises permettant de garder les jeunes au "pays" en plein exode rural.
On voit la situation aujourd'hui : la ligne ferrovière Dreux-Granville non encore électrifiée (la seule en France au départ de Paris), l'A84 mise en service seulement depuis 2003, des budgets toujours plus importants pour moderniser les voies routières (Granville-Avranches, Saint-Lô-Coutances) ou ferrovières et supportés par un moindre nombre de contribuables (ceux résidents dans la collectivité territoriale).
Des collectivités locales endettées dont les remboursements d'emprûnt sont et seront supportés par les générations actuelles et futures.
Peu d'industrie ou de services susceptible de retenir nos jeunes diplômés qui doivent quitter le territoire pour travailler. Une population qui vieillit. Etc.

Pour revenir à l'A84, cette autoroute a été co-financée par l'Etat et les collectivités territoriales.
Et si la PDMI est contractualisée, il en sera de même.

Il est quand même incroyable alors que le département accueille à Flamanville l'EPR - la vitrine technologique de l'industrie nucléaire - et sa ligne ligne 400.000 volts qui va balafrer le territoire notamment le Mortainais (à moins que le député Huet n'obtienne son enfouissement sur un tiers de son parcours comme il s'y est engagé) que le plan de relance du gouvernement Fillon n'ait pas pris en charge le financement du contournement "est" d'Avranches. Qu'est-ce que 30 millions d'euros sur un programme de 26,5 millards d'euros.
Décidément on a l'impression que rien ne change sur ce territoire.

C'est pourquoi il n'y a pas eu lieu vraiment d'être satisfait de cette "victoire" de notre député qui s'est enlevé politiquement une épine du pied. Sa cause a été (enfin!) entendue par les ministères et il peut communiquer sa réussite dans la presse.
Maintenant la balle est dorénavant dans le camp des collectivités territoriales qui contractualiseront ou non ces travaux selon leurs priorités du moment.
Quelle position adoptera le Conseil Régional de Basse-Normandie qui, développement durable oblige, décroit fortement ses investissements routiers au profit du ferroviaire *?
Les élections régionales qui se profilent dans un an peuvent-elles influer sur la décision?

Et tout cas, réalisation ou pas du contournement "est" d'Avranches notre député-maire aura (l'impression d'avoir) rempli sa mission ...
Well done! **

[la suite du dossier en cliquant , MAJ 2 juin 2009]

* répartition budget des transports (fonctionnement + investissement) :
2005 : route : 55% / ferroviaire : 45%
2009 : route : 20% / ferroviaire : 80%
(source : CR-BN)
** bien joué!


sites et liens internet utiles :