Le dossier de la ligne Très Haute Tension (ci-après THT) 400.000 volts Cotentin-Maine continue de faire l'actualité.

Ce futur réseau électrique de 163 km acheminera l'électricité produite par l'EPR en cours de construction à Flamanville (50) vers la Mayenne où il se raccordera à une autre ligne THT existante (Domloup-Quintes).

Samedi 24 avril dernier vers midi, plusieurs députés de la majorité ont organisé une conférence de presse à Chevreville, l'un des villages les plus impactés par la ligne THT et la plus en pointe dans la contestation.
De nombreuses associations, des riverains et élus ... étaient présents.

Les parlementaires (Guénhaël Huet, député-maire d'Avranches, Philippe Gosselin, député de la circonscription de Saint-Lô (absent et représenté par son assistante parlementaire), Yannick Favennec, député de la Mayenne et Jean-Yves Cousin, député-maire de Vire) ont exigé au cours de la réunion publique une enfouissement partiel de la ligne et une étude épidémiologique indépendante pour évaluer les effets sanitaires des champs électromagnétiques des lignes à très haute tension.

Le conseil Général de la Manche et le Conseil Régional de Basse-Normandie ont de leur coté souhaité la mise en place d'une telle étude, se proposant de la financer en partie.

Chevreville_THT_d_put_s

(de droite à gauche : Daniel Gilbert, maire de Chevreville, Guénnhaël Huet, député-maire d'Avranches, Jean-Yves Cousin, député-maire de Vire, Yannick Favennec, député de la Mayenne, Nadège Delafosse et Lydie Crespin, assistantes parlementaires de Philippe Gosselin et Guénhaël Huet)

Cette réunion publique fait suite à l'avis rendu le 15 avril par le préfet de la Manche, Jean-Pierre Laflaquière, favorable au projet de ligne THT Cotentin-Maine.

Il ne promeut pas l'enfouissement, trop cher et ayant des impacts non négligeables sur l'environnement.
Pour ce qui concerne l'étude épidémiologique indépendante également demandée par de nombreux associations et élus, Jean-Pierre Laflaquière répond que ce sera au gouvernement de répondre. "Moi, j’ai émis un avis favorable à l’utilité publique de ce projet" a-t-il déclaré à la presse le 15 avril. Autrement dit, le préfet ne voit pas l’intérêt de cette étude et refuse d'en prendre la responsabilité, s'en remettant au gouvernement.

La conférence de presse a été entièrement filmée et mise ligne sur dailymotion. Les séquences sont visibles en fin de billet.
Les moments forts de la conférence dans l'ordre des intervenants :

Daniel Gilbert, maire de Chevreville, se dit «révolté par comment cela s'est passé». Il évoque «un déni de démocratie» et même une «mascarade de démocratie» l'avis du Préfet dont il demande la démission ....

Guénhaël Huet, député-maire d'Avranches parle d'un dossier non pas important mais fondamental. «On a pas été entendu [par le ministère]». «La politique de l'autruche est la pire des politique».
Il critique l'avis favorable du Préfet «qui balaie d'un revers de main les réserves émises par la commission d'enquête».
En conclusion, il exige deux points : 1 - une étude épidémiologique indépendante et 2 - un enfouissement partiel de la ligne.
Jean-Yves Cousin, député-maire de Vire (14) s'interroge sur les problèmes posés par ce réseau électrique au niveau de la santé, de l'environnement, ...

Yannick Favennec, député de la Mayenne (53), souhaite davantage de solidarité parlementaire au sein de son département.

Il évoque le dépôt d'une proposition de loi (avec Guénhaël Huet) dans le cadre du Grenelle 2. Cette proposition obligerait l'enfouissement de 30% de lignes de plus de 63.000 volts avant 2012.

Ont pris la parole ensuite Nadège Delafosse, assistante parlementaire de Philippe Gosselin absent, puis Jacky Bouvet, conseil général de Saint-Hilaire-du-Harcouët et Albert Bazire maire et conseiller général de Sourdeval et accessoirement député suppléant de Guénhaël Huet.
Le vice-président socialiste du conseil régional de Basse-Normandie Jean-Karl Deschamps a d'emblée déclarée que «la THT n'est ni de gauche, ni de droite», fustigeant le mépris sur ce dossier de RTE dont l'actionnaire est l'Etat.
Viennent ensuite les questions / réponses.
Ont pris la parole Christophe Gosselin (Manche sous tension - coordination Stop THT), Catherine Langumier et l'avocat du collectif des élus maitre Gervais-Marie Doutressoulle.

En conclusion, Guénhaël Huet déclare que si Jean-louis Borloo, le ministre de l'écologie, signe la déclaration d'utilité publique, cette décision devra être attaquée en justice.
Il propose deux actions : 1 - une demande de rendez-vous auprès du ministre Jean-Louis Borloo et 2 - l'organisation d'une ou deux ou trois manifestation de masse.
Christophe Gosselin reprend le député sur la manifestation envisagée. Il rappelle la mobilisation des manifestations précédentes (Ernée : 7.000 personnes, St Hilaire du Harcouët 5.000, Mortain 4.000) et souligne l'usure technique et financière des associations organisatrices.
Le député-maire d'Avranches rappelle ses propositions d'une audience au ministère de l'écologie, la création d'une commission d'enquête parlementaire et une manifestation d'envergure fin mai début juin 2010.
La séance est levée à 13h25.


sites et lien internet utiles :


1 - vidéos de la conférence de presse

interventions des députés et élus :

interventions des associations :

interventions de l'avocat :

actions et conclusion :


2 - reportage de F3 Basse-Normandie (samedi 24 avril, édition 19h00)