Air connu. Les yo-yo des cours relatifs aux prix des produits sont toujours plus favorables aux industriels que pour les consommateurs et producteurs.
A l'exemple du pétrole où une augmentation du prix du baril est répercuté aussitôt à la pompe, alors quand le prix baisse il faut attendre des semaines pour que le consommateur en voit "la couleur".
En attendant les pétroliers voient leurs marges et bénéfices augmentés pour le plus grand plaisir de ses actionnaires.

Il en est de même des prix du lait à ceci près que ces derniers sont encadrés par des accords interprofessionnels négociés chaque trimestre entre les trois syndicats majoritaires de producteurs (FNSEA, Jeunes Agriculteurs et Fédération nationale des producteurs de lait) et la fédération des industries laitières (FNIL).
SIAG_2531153_1_apx_470_Depuis des semaines, les producteurs laitiers demandent une valorisation du prix du lait de 300€ à 330€ la tonne (1.000 litres) de lait, motivée par la hausse des cours mondiaux (+10% par rapport à 2009).
Les industriels quant à eux proposent seulement 310€ la tonne justifié par la concurrence du lait allemand moins cher.

Le gouvernement suit le dossier de près.
Juste avant une nouvelle négociation à Paris entre producteurs et industriels, le ministre de l'agriculture, M. Le Maire sur RTL, déclarait hier  "Je souhaite que les industriels et les coopératives fassent les efforts nécessaires pour que les producteurs soient rémunérés à leur juste valeur (...). Lorsque les prix s'effondrent, la répercussion est immédiate sur les revenus des producteurs qui ont perdu près de 50% de leurs revenus en 2009 (...). Maintenant que les prix remontent, je souhaite que les producteurs soient correctement rémunérés".

A l'issue de la réunion aucun accord n'a été trouvé hier.
Les syndicats agricoles souhaitent que les industriels reviennent à la table des négociations avant le 12 août.
Sinon ??? On va voir ce que l'on va voir ...
Les transformateurs ont raison de gagner du temps. Chaque jour de passé augmente leurs bénéfices. Naturellement au détriment des producteurs déjà malmenés par la crise de 2009 et la sécheresse estivale.

Faudra-t-il encore que l'APLI, l'Association des des producteurs de Lait Indépendants), s'engage sur ce dossier comme l'année passée pour que les lignes bougent?

Faute de mieux, les trois syndicats appellent les consommateurs à boycotter les marques ou produits des industriels pour faire pression et les faire revenir à la raison.

A suivre.

marques à boycotter :

  • Camembert Président (Lactalis)
  • la Vache qui rit (Bel)
  • Caprice des Dieux (Bongrain)
  • ...

(source : ici)


sites et liens internet utiles :

  • FNSEA/FDSEA (Fédération Nationale/Départementale des Syndicats d'Exploitants Agricoles)
  • CNJA (Centre National des Jeunes Agriculteurs)
  • FNIL (Fédération Nationale des Industries Laitières)
  • APLI (Association des producteurs de Lait Indépendants)
  • actualité agricoles (avanches infos)


vidéos
F2 - dimanche 2 août 2010 - 20h00


prix du lait été 2010 : les industriels ne jouent pas le jeu
envoyé par francois50300. - L'info video en direct.

F3 Basse-Normandie - mercredi 4 août 2010 - 19h00


prix du lait été 2010 : pas d'accord trouvé le 4 août 2010
envoyé par francois50300. - L'info video en direct.


François Groualle / avranches infos
http://twitter.com/avranches_infos
http://www.facebook.com/avranches.infos