Michel Thoury point presse barrage Sélune mars 2012 arasementA l'issue de la Commission Locale de l'Eau (ci-après CLE) du Schéma d'Aménagement et de Gestion de l'Eau (ci-après SAGE) de la Sélune qu'il préside, Michel Thoury a déploré le manque de gouvernance pour le projet de reconversion de la vallée de la Sélune, après l'arasement programmé des barrages, décision aujourd'hui irréversible et pour laquelle 40 millions d'euros sont provisionnés par l'agence Seine-Normandie.
«Nous avons un réel projet de territoire entre Ducey, Isigny, Saint-Hilaire et Saint-James. Il y a là une réelle opportunité de regroupement territorial, qui ne se représentera plus si nous ne la saisissons pas maintenant

Le président de la CLE, Michel Thoury a rappelé en préambule de la conférence de presse du 12 mars 2012 la décision prise dès 2007 par cette cette instance, Michel Thoury point presse barrage Sélune mars 2012 arasement journalistescomposée pour moitié d'élus, pour un quart d'usagers et un autre quart de représentants des services de l'Etat et de ses établissements publics, d'araser les deux barrages du sud Manche : Vezins et la Roche-qui-Boit.
Une des nombreuses mesures du SAGE du bassin de la Sélune pour se mettre en conformité avec les dispositions européennes prévoient la libre circulation des poissons migrateurs et la restauration de la qualité des eaux.

Trois départements (Manche, Ille-et-Vilaine et Mayenne), trois régions (Basse-Normandie, Bretagne et Pays de Loire) et 53 communes sont dans le giron du bassin de la Sélune.
«Mettre en place le SAGE n'a pas été une mince affaire» souligne le président de la CLE, chargée de la mise en oeuvre de ce programme qui, financée par deux agences de l'eau (Seine-Normandie et Pays de Loire) a engagé 20 des 25 millions du programme 2008-2012.

barrage Vezins«C'est en 2004 que la commission a été invitée, par la Préfecture, à se prononcer sur la pertinence de renouveler la concession EDF», poursuit Michel Thoury. «Elle n'a émis qu'un seul avis, remis au préfet en 2007, car elle n'a pas de pouvoir de décision
Le Grenelle de l'Environnement, en 2008, a précisé les choses pour arriver à l'annonce faire par Chantal Jouanno en novembre 2009 à Lisieux d'araser les deux barrages.

«Quand les parlementaires [Guénhaël Huet entre autres, NDLR] disent aujourd'hui ne pas être au courant, c'est faux» tempête l'élu qui s'appui sur un courrier de la fondation WWF envoyé aux parlementaires, accompagné d'une plaquette sur l'effacement des barrages.
Engagement de Grenelle de l'Environnement, au plan mondial et européen anguille s'est ajouté depuis le jugement du Tribunal Administratif de Nantes, confirmé par la Cour d'Appel qui met EDF en demeure de rétablir la libre circulation des migrateurs.
Le Préfet est chargé de conduire «de façon exemplaire» l'arasement et la renaturation de «toute la vallée, car il ne s'agit pas que de la Mazure, mais bien de toute la vallée de Saint-Hilaire à l'estuaire, dans la baie du Mont-Saint-Michel».

barrage Sélune _Roche qui Boit_«Voilà un vrai projet de territoire», s'enflamme Michel Thoury.
«Si l'arasement incombe à l'Etat, le projet de développement doit être le nôtre. Dès 2007, la CLE avait engagé les élus à y oeuvrer. Les blocages récents n'ont pas aidé à avancer. Or en 2018 tout doit être fait. Chacun prêche pour sa chapelle. Je comprends les contestations, les inquiétudes quant aux inondations ... La CLE s'occupe du bassin dans sa globalité. Il faut une vision globale, un porteur de ce projet de développement».
Alors qui? Le maire de la commune-canton d'Isigny-le-Buat [Erick Goupil] a décliné l'invitation comme les maires des communes directement concernées.
Le pays de la Baie? son périmètre s'étend de Bréhal à Mortain.
«C'est le syndicat des lacs qui, en son temps, a créé la Mazure» rappelle Michel Thoury.
On parle aujourd'hui de regroupement des communautés de communes. Pourquoi ne pas rapprocher nos quatre ou cinq communautés de communes, car Pontorson est aussi concernée, autour de ce projet.
Ca représente une entité de 45.00 habitants sur laquelle on peut faire de l'aménagement du territoire.
Si on avait pas de projet, on pourrait voir les 40 millions nous échapper ...
Michel Thoury promet de prendre son baton de pèlerin pour convaincre ses homologue au nom de «l'intérêt général».

source : la Gazette de la Manche, édition 14 mars 2012, page 3


site et/ ou liens internet utiles :

 


vidéo du point-presse - lundi 12 mars 2012 - Saint-Hilaire-du-Harcouët (50)

 


François Groualle - avranches.infos
twitter / facebook / google +