Les moins jeunes se rappellent peut-être d'un festival qui s'est déroulé le siècle dernier à Saint-Germain-sur-Ay dans le Cotentin et qui s'appelait Délire en tout genre.
Organisée par une bande d'amis, avec très peu de moyens financiers et techniques, la manifestation est restée dans les mémoires par son ambiance conviviale et sa programmation alternative et de qualité.
Alors quel est le rapport entre cette introduction et le titre de ce billet concernant la ville d'Avranches?
Aucun sinon qu'à Avranches, sous l'impulsion de la municipalité, le délire en tout genre devient depuis quelques années la marque ou l'empreinte de cette ville du sud Manche.
La preuve par l'exemple. Par deux exemples tirés de l'actualité : d'une part le Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) et le projet de vidéosurveillance à Avranches et d'autre part la venue prochaine de la chanteuse Nolween Leroy toujours à Avranches.

Guénhael Huet Gwenaouel Houet vidéosurveillance big brother député maire Avranches

Mardi 26 juin 2012 s'est tenu à Avranches le CLSPD. Chaque année fin juin, cette réunion rassemble les responsables de la ville (élus et administratifs) et des services de l'Etat (sous-préfecture, gendarmerie, justice).
Le bilan 2011 n'est pas bon. Tout au moins dans l'optique de justifier l'installation de caméras de vidéosurveillance dans le centre-ville voulue par l'actuelle municipalité dirigée par le député-maire Guénhaël Huet. 
En effet, en 2011, la délinquance générale a baissé dans l'arrondissement (-8,7%) rapporte le quotidien Ouest-France dans son édition du jeudi 28 juin 2012.
Sur Avranches la délinquance aurait diminué aussi de -8,7%, indique l'hebdomadaire la Gazette de la Manche daté du 4 juillet 2012. 
Le quotidien local mentionne une déclaration du sous-préfet d'arrondissement Jean-Marc Giraud : «Avranches est une ville où il y a une douceur de de vivre».
Cette impression du représentant de l'Etat est à mettre en parallèle avec celle d'un officier de gendarmerie qui lors de la CLSPD de 2011, déclarait : «Avranches est une ville tranquille».

Malgré la quasi-absence de délinquance, la municipalité ne renonce pas à déployer les 12 caméras de vidéosurveillance votés en septembre 2011.
On se rappellera que ce projet de vidéosurveillance a été préparé dans le plus grand secret et présenté dans le plus grand mensonge.
Le projet a été présenté lors du vote en conseil municipal en septembre 2011 sans qu'aucune information n'ait été faite préalablement auprès des administrés, dans la presse ou dans le magazine municipal Avranches Communication. Curieuse conception de la démocratie locale sur un sujet touchant aux libertés publiques.
La municipalité a motivé le système de vidéosurveillance par une augmentation ponctuelle de la délinquance alors que sur une période plus longue il n'en était rien. 
On n'oubliera pas le coût important d'un tel système (installation et de maintenance) à la charge des contribuables. Il était estimé à l'époque à 105.000€ dont la moitié supportée par la ville.
Chacun sait pourquoi la vidéosurveillance s'installe à Avranches. Il visait à contribuer au triplement du nombre de caméras de vidéosurveillance sur la voie publique en France promis par le précédent gouvernement (Fillon) sur la période 2010 - 2012. Et l'Etat pouvait compter sur l'implication zélée de député-maire pour que cet objectif soit atteint. 
Un dossier plus ou moins complet sur ce sujet est à lire ici
Aux dernières nouvelles, l'installation définitive des caméras est en attente de déploiement de la fibre optique en vue de les connecter.
Par ailleurs, le projet, au bout de plusieurs mois, ne semble pas boucler puisque le lieu du centre de stockage de images ne serait pas encore défini (hésitation entre la mairie et les locaux de la police municipale, rue Saint-Martin). 

Autre sujet de délire est le concert de la chanteuse breizh Nolween Leroy prévu à Avranches samedi 17 novembre 2012.
Son coût s'annonce pharaonique. 
L'hebdomadaire la Manche Libre (du 30 juin 2012, édition Avranches, page 4) a donné quelques informations financières sur cette soirée qui promet d'être mémorable ... sur le plan comptable.
Le cachet de la célèbre chanteuse qui surfe sur le succès de son dernier album "Bretonne" se chiffrerait à 36.000€ (236.144F) hors frais techniques. L'hebdo précise que ce seul cachet «représente presque la moitié du budget alloué à la saison culturelle 2011-2012, qui se monte à environ 80.000€».
La billetterie est en rapport : 45€ (300F) en gradin, 40€ (260F) debout face à la scène. Soit 180€ (1.180€) pour un couple avec deux enfants placés en gradin ... 

Nolween Leroy festival Papillons de nuit 2012

On espère qu'à Avranches et ses environs, il y a assez de hauts revenus, fans de Nolween, pour remplir la salle de la Chaussonnière d'une capacité d'ordinaire de 1.100 personnes.
D'autant qu'elle a fait un passage tout récemment dans la région lors du festival les Papillons de nuit fin mai dernier (photo à droite).
Les avranchinais souhaitent le succès "populaire" du spectacle afin qu'il soit le moins déficitaire possible. 
La billetterie est ouverte depuis le 2 juillet dernier auprès du centre culturel (02.33.68.33.27) et de l'office du tourisme. 

Une question. En invitant Nolween Leroy, la municipalité a-t-elle voulu «marquer le coup» quelques semaines avant le transfert de la compétence culture vers la communauté de communes du canton d'Avranches (C3A) fixé au 1er janvier 2013?
On espère que les élus communautaires auront les pieds plus sur terre que dans la stratosphère dans le choix des spectacles et des intermédiaires. Le blog y reviendra prochainement.

Sur ces seules deux exemples, il est permis de s'interroger si la muncipalité n'est pas déconnectée des réalités dans un contexte économique et social difficile pour de nombreux avranchinais. 
Et de réagir «sur la gestion en bon père de famille» rappelée à de multiples reprises par le premier magistrat de la ville lors de précédents conseils municipaux.
Tout gaspillage de l'argent public est contestable. Il l'est d'autant plus en période de crise.
Récemment, la presse locale (la Manche Libre du 30 juin 2012, la Gazette de la Manche du 4 juillet 2012) a fait écho des problèmes financiers rencontrés par les associations avranchinaises d'Aide à Domicile en Milieu Rural (ADMR).
L'ADMR propose entre autre des services à domicile aux personnes agées et handicapées et des services d'aide aux familles.
Sans entrer dans le détail, les associations ont cloturé l'exercice 2011 avec des déficits de plusieurs milliers d'euros. En cause la diminution ou l'insuffisance de financement de structures publiques (Conseil Général, CAF, ...), mais aussi les difficultés financières des bénéficiaires qui ne règlent pas leurs factures. 
Par ailleurs, la presse a fait mention de potentiels bénéficiaires qui «refusent le service par économie ou par précarité».

La municipalité, dont des membres sont à la tête de ces associations, serait plus inspirée de soutenir ces structures associatives qui viennent en soutien aux personnes vulnérables ou en difficultés financières que de dépenser l'argent public dans des caméras de vidéosurveillance inutiles et onéreuses ou dans de futiles exorbitants spectacles potentiellement déficitaires ... 


François Groualle - avranches.infos
twitter / facebook / google +