manifestation loi travail Avranches 9 avril 2016 défilé rue ConstitutionLes manifestations contre le projet de loi travail de Myriam El Khomri se suivent à Avranches mais ne se ressemblent pas.
Tout au moins au niveau de la mobilisation.
Une centaine de personnes étaient présentes devant l'hôtel de ville d'Avranches samedi 9 avril 2016 dans l'après-midi, alors qu'elle en comptait environ 500 jeudi 31 mars 2016 à la même période.
La faute entre-autre aux vacances scolaires et à la météo pluvieuse et glaciale du jour.
La jeunesse était notamment aux abonnés absents et certaines organisations professionnelles ont moins mobilisé.

manifestation contre loi travail Avranches 9 avril 2016 prises de paroleDeux prises de parole ont eu lieu sur le perron de la mairie avant le traditionnel défilé en ville.
Sur le parcours, le cortège s'est arrêté devant la permanence parlementaire du député les Républicains Guénhaël Huet, 2 Bd Jozeau-Marigné.
Le texte du courrier, qui lui a été adressé par l'interyndicale, y a été lu.

A l'issue du défilé, il a été communiqué la date du prochain rendez-vous contre le texte gouvernemental.
La prochaine mobilisation aura lieu jeudi 28 avril 2016.


 tweets :


vidéo :


texte de la prise de parole :

PRISE DE PAROLE INTERSYNDICALE
DEPARTEMENTALE
CGT FSU FO SOLIDAIRES
MOBILISATION du 9 AVRIL 2016

La mobilisation unitaire, interprofessionnelle et intergénérationnelle contre le projet de loi Travail et pour un code du travail du 21ième siècle, grandit de semaine en semaine, gagne de la puissance, s’enracine dans les entreprises et se poursuit avec cette nouvelle journée de mobilisation.
Avec le 31 mars, la mobilisation grandit !!!!
1,2 millions de manifestants étaient rassemblés dans 250 villes de France, à l’appel de la CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL, pour exiger le retrait du projet « El Khomri » et un code du travail moderne, protecteur pour toutes et tous c’est plus du double que le 9 mars dernier. 70.000 dans notre région, c’est plus de salariés, de privés d’emploi, de retraités, de lycéens et d’étudiants mobilisés contre les reculs sociaux,  pour des droits et des garanties collectives qui protègent les salariés tout au long de leur carrière professionnelle et assurent une retraite digne. Les arrêts de travail dans les entreprises et administrations ont été nombreux. L’enracinement de la mobilisation dans les entreprises montre que les salariés ont bien compris que le projet de loi Travail est néfaste, dangereux pour eux ainsi que pour l’avenir et que le monde du travail avait besoin d’urgence de garanties collectives protectrices, élevées, tant au niveau national que dans l’entreprise.
C’est le meilleur moyen pour vaincre la précarité, améliorer les conditions de travail et de vie, augmenter le pouvoir d’achat, sortir durablement de la crise sociale et économique du pays. Les salariés ont bien compris également que diminuer les droits collectifs et individuels des uns ne créera pas le moindre emploi pour les autres.
Le projet de loi travail ….

    ➢    C’est travailler plus pour gagner moins !
    ➢    C’est plus de droits pour les employeurs et moins pour les salariés !
    ➢    C’est pouvoir être viré plus facilement,
    ➢    C’est subir le chantage à l’emploi en favorisant les licenciements y compris avec des licenciements économiques dans des groupes dégageant des bénéfices

    ➢    C’est le risque maximal pour les salariés et la sécurité pour les actionnaires, alors que les dividendes qui leur sont versés progressent chaque année.
    ➢    C’est aussi la remise en cause des 35 heures et des repos alors que travailler 32 heures est la solution pour travailler mieux et travailler tous. La remise en cause des 35 heures affectera à la fois la vie dans le travail et hors travail en pénalisant, notamment encore les femmes.
Alors que c’est le niveau de l’activité industrielle, le renfort des services publics et la réduction du temps de travail à la semaine, à l’année, et sur la carrière professionnelle qui créera des emplois stables, de qualité pour tous.
Le 31 mars a donc était puissant et massif pour exiger du gouvernement et du patronat la prise en compte des propositions des organisations syndicales salariés, lycéennes et étudiantes.
Plus de 70% de la population est opposé au projet de loi, le gouvernement entendra et s’y pliera, si ensemble nous faisons encore grandir le rapport de force.
Trop c’est trop nous disent ces hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, salariés, étudiants, lycéens qui recherchent un travail et rêvent de s’épanouir dans leur vie personnelle et professionnelle quand cette loi n’offre que la précarité comme horizon.  
Trop c'est trop pour des millions de salariés qui seraient taillables et corvéables à merci avec cette loi.
Pour construire un code du travail du 21è siècle qui protège, sécurise et favorise le travail, il faut jeter cette loi aux oubliettes.
Les jeux ne sont pas faits, loin s’en faut.
L’actualité nous apporte depuis quelques jours matière à réflexion, les révélations d’une ampleur inégalées concernant les paradis fiscaux au Panama n’en finissent pas de scandaliser. Et ce n'est que la partie visible de l'iceberg nous dit l'association OXFAM.
L’affaire dite «Panama papers» révèle les accointances entre des exilés fiscaux issus du monde du sport, de la politique, de la finance et aussi du crime organisé. Il unit les plus riches dans leur volonté de ne plus contribuer aux solidarités nationales. Ceux là même qui nous vantent les mérites de l'austérité...
En 2012, Le Président François Hollande affirmait que l’un de ses adversaires serait le «monde de la finance» et on observe aujourd’hui une énorme multiplication de la fraude. Personne n'a oublié l'épisode Jérome Cahuzac, Ministre de l'économie de notre pays et grand donneur de leçon d'austérité quant à son successeur, il vient tout droit de la banque de Rotschild.    
Mais de qui se moque-t'on ?
Au lieu de s'attaquer au code du travail, il ferait mieux de faire la chasse aux fraudeurs, aux tricheurs, aux voleurs de la haute finance en s'attaquant au coût social exorbitant de ces détournements de la richesse
.
Qu'ils rendent l'argent qu'ils ont volé !
Quand au MEDEF, il ferait bien de faire profil bas, ce sont ses affidés qui réclament toujours plus de cadeaux fiscaux pour les plus riches nécessitant de fustiger l'impôt exigeant toujours plus de déréglementation du travail.
Nous savons de quoi ils sont capables avec le procès des salariés roumains et  polonais sur le chantier EPR. Le groupe Bouygues et ses accolytes  Atlanco et Elco ont su construire des montages complexes pour échapper à la solidarité en passant par Chypre.
Quand le Patronat nous explique que la complexité du code du  travail est un handicap pour l'emploi, ils savent de quoi ils parlent....
Cette loi va rentrer en discussion à l’Assemblée Nationale dans quelques jours....
Nous sommes ici rassemblés… déterminés… lucides sur les dangers que cette loi fait planer pour le plus grand nombre.
Nous portons en nous, la rage et la colère devant tant d’années de mépris, de renoncements, de trahison, de reculs sociaux.
Nous sommes aussi conscients que pour gagner, notre mobilisation doit encore grandir, s’amplifier, et rassembler pour devenir une force incontournable, irrésistible.
Cette mobilisation, c’est vous qui y participez, c’est vous qui la construisez, elle vous appartient.
Alors, tous ensemble, gagnons autour de nous la participation de nos collègues de travail, de nos amis, aux prochaines mobilisations pour réaffirmer fermement leurs revendications de retrait de ce projet de régression sociale et la nécessité d’obtenir de nouveaux droits.
La mobilisation de ce jour doit unifier toutes les catégories sociales et professionnelles, toutes celles et tous ceux qui luttent pour le retrait de ce projet de loi et exigent des mesures de progrès social. Le gouvernement doit répondre !
Déterminées et conscientes de leurs responsabilités, les organisations syndicales appellent à une nouvelle journée de grève interprofessionnelle et de manifestations le jeudi 28 avril 2016.
D’ici là, elles appellent à multiplier les initiatives, préparer activement cette journée de grève et mobilisation par des rassemblements, interpellations de parlementaires, des manifestations et actions initiées sur tout le territoire.


sites et/ou liens internet utiles :


François Groualle - avranches infos
Twitter • Facebook (page) • Google+ • Tumblr • Instagram