livre-festival-Elixir-Gérard Pont-Olivier PolardAlors que la France aujourd'hui compte des centaines de festivals de musiques actuelles en plein-air à travers son territoire, en 1978 il n'en existait aucun.
Ce n'est qu'en 1979, et en Bretagne, que le premier a vu le jour : le festival Elixir.
Un livre «Elixir, l'histoire du premier grand festival français» publié en novembre dernier retrace son histoire extraordinaire, mais aussi chaotique.

Samedi 17 mars 2018, une rencontre autour de ce livre-documentaire s'est déroulée à la FNAC de Rennes, centre commercial du Colombier.
Elle comptait la présence de Gérard Pont, co-auteur du livre (avec Olivier Polard), vétéran d'Elixir et aujourd'hui directeur de Morgane Groupe (qui produit les festivals Le Printemps de Bourges, Les Francofolies de la Rochelle, les Victoires de la Musique, ...), accompagné de Jérome Tréhorel, directeur du festival des Vieilles Charrues, et de Michel Trohadec, journaliste au service culture au quotidien Ouest-France, en qualité de modérateur.

Si la rencontre a naturellement abordé le festival pionnier, elle a été aussi l'occasion pour les intervenants d'évoquer les festivals aujourd'hui, notamment les leurs.

Gérard Pont-Jérome Tréhorel-Michel Trohadec-rencontre-FNAC-Elixir-Vieilles Charrues-Rennes-Ouest FranceLa discussion d'une cinquantaine de minutes a été captée via un smartphone. La vidéo est présente en fin de ce post.
[photo à droite : Gérard Pont, Michel Troadec et Jérome Tréhorel]


Système D. / D.I.Y.*
Organiser un festival de musique en 1979 était ambitieux, se rappelle Gérard Pont.
Niveau infrastructure et aménagement du site, il a fallu tout créer puisque rien n'existait. Les entreprises spécialisées de location de scène et de matériel son et lumière étant inexistantes, la scène est un hangar agricole monté pour l'occasion. Le linéaire de bars est fabriqué à partir de caisses de pommes de terre présentes récupérés chez les agriculteurs locaux.
Et puis les élus et les habitants ont dû être rassurés, d'inquiets de l'arrivée d'hordes de jeunes à cheveux longs.
«Ne vous inquiétez pas. Un festival, c'est juste comme un gros fest-noz» répondent les deux cousins Jean-Paul et Pierre Billant à l'initiative de l'évènement et éluder quand le maire d'Irvillac, lieu de la première édition, exigeait deux campings séparés garçons et filles!!!
Quant à la programmation des artistes, les contacter s'avérait beaucoup plus compliqué à cette époque qu'aujourd'hui où les groupes peuvent être contactés directement sur internet ou via leurs agences de booking ou tourneurs, toujours sur le web.

festival-Elixir-Saint Pabu-1982La première édition est un succès, mais le maire d'Irvillac refuse une seconde édition dans sa commune.
Et chaque année, les organisateurs devont trouver un autre lieu pour organiser le festival.
Si aujourd'hui tous les maires souhaitent un festival dans leurs communes, force est de reconnaître que fin des années 1970 la majorité des élus et des habitants étaient très rétiscents, sinon opposés à ce genre de rassemblement de jeunes.
[photo à droite : Elixir IV à Saint Pabu - 29 @ Philippe Andrieu]

Les têtes d'affiche se succèdent et comptent notamment Joe Jackson, Jimmy Clift, Echo & the Bunnyman en 1982, Simple Minds, Joe Cocker en 1983, Stray Cats, Nina Hagen, Fela en 1984.

En 1985, les organisateurs ne peuvent plus utiliser le nom Elixir, ce dernier ayant été «déposé» par des bénévoles évincés de l'organisation.
Un nouveau nom est trouvé à la hâte «Rockscène». La même année, les organisateurs sont sollicités pour organiser un festival en Grèce «Rock in Athens». Le plateau artistique est exceptionnel (The Cure, Depeche Mode, The Clash, The Stranglers, Telephone, Boy George, Nina Hagen, ...) mais des incidents auront raison d'une seconde édition.
Le début de la fin ...

Au cours de la rencontre, les deux directeurs de festivals évoquent respectivement leur festival : Le Printemps de Bourges et Les Vieilles Charrues.

Jérome Tréhorel rappelle les grandes lignes de l'économie des Vieilles Charrues.
Avec un chiffre d'Affaire de 17M€, le festival situé à Carhaix est la plus grande entreprise de la ville et du centre Bretagne.
Ses recettes se répartissent à 80% du public et 20% des partenaires et mécènes. Il précise qu'en l'absence de partenariat, le prix du billet public serait 15€ plus élevé.

Vendre tous les billets est un impératif pour qu'il y ait une édition l'année suivante, souligne le directeur des Charrues.
S'il y a quelques années, le festival était à l'équilibre avec 168.000 billets vendus sur 200.000 disponibles, aujourd'hui il est nécessaire d'en vendre 190.000 minimum en raison notamment de l'inflation des cachets d'artistes (rappel du budget programmation : 3,5M €).
Chaque jour, Les Vieilles Charrues, c'est la jauge d'un Stade de France, soit 70.000 spectateurs jour, qu'il faut remplir dans une ville de 7.500 habitants ....

Signer des têtes d'affiches s'avère de plus en plus compliqué, relève Jérome Tréhorel.
«Le marché des festivals s'est professionnalisé, industrialisé, mondialisé» avec l'arrivée en Europe et en France de nouveaux acteurs anglo-saxons de l'entertainment tels Live Nation, AEG, ...
Les tournées des artistes se calent par continent puis par producteur, tourneur. Avec des tourneurs qui sont parfois propriétaires de festivals et «propriétaires» d'artistes (Live Nation et ses contrats d'artistes dits 360°).

Pour conclure, si le festival Elixir a été à la source des grands festivals français, il a vraisemblablement été aussi à l'origine de carrière dans l'industrie musicale pour bon nombre de ses bénévoles.
Gérard Pont, bien sûr mais aussi Jacques Abalain, directeur de Diogène productions, à Brest ou Jean-Louis Brossard, co-directeur des Rencontres Trans Musicales de Rennes.

*D.I.Y. Do It Yourself


vidéos :
I - la rencontre FNAC avec Gérard Pont, co-auteur du livre, ditecteur des festivals Le Printemps de Bourges, Les Francofolies, Jérome Tréhorel, directeur du festival des Vieilles Charrues, et de Michel Trohadec, journaliste à Ouest-France - samedi 17 mars 2018

II - «Elixir, l’histoire du premier grand festival français», documentaire réalisé par Jérôme Bréhier et Gérard Pont [TEASER]


«Elixir, l'histoire du premier grand festival français» par Gérard Pont et Olivier Polard

192 pages
sortie : 10-11-2017
éditeur : Coop Breizh
ISBN 978-2-84346-840-7
29,90€ 

les parties

  • préface : mes années Elixir par Gérard Pont
  • introduction
  • l'avant Elixir, les enfants de Woodstock
  • Elixir I • Irvillac (29) • 14/15 juillet 1979 • De la poussière et des étoiles
  • Elixir II • Plounéour-Trez (29) • 16/17 août 1980 • Musique et grains de sable
  • Elixir III • Plomodiern (29) • 11/12/13 juillet 1981 • Les années 1980 commencent ...
  • Elixir IV • Saint-Pabu (29) • 17/18 juillet 1982 • Sea, rock and sun
  • Elixir V • Guéhenno (56) • 16/17 juillet 1983 • I can Guéhenno satisfaction
  • Elixir VI • Saint-Pabu (29) • 14/15 juillet 1984 • Putain, putain, c'est vachement bien
  • Rockscène 1 • Guéhenno (56) • 13 juillet 1983 • L'année de tous les dangers
  • Rock in Athens • Athènes (Grèce) • 26/27 juillet 1985 • Riot in Athens
  • Rockscène 2 • Brest (29) • 12/13 juillet 1986 • Le syndrome Bécassine
  • Elixir VII • Bannalec (29) • 7/8/9 août 1987 • Dernier naufrage

sites et/ou liens internet utiles :


Monsieur X aka François Groualle - avranches infos
Twitter • Facebook (page) • Google+ • Tumblr • Instagram • youtube • dailymotion