retraite_a_quatre_vinngt_ans_tignousJeudi 24 juin 2010, les principales organisations syndicales appellent à manifester contre le projet de réforme des retraites présenté la semaine dernière par le ministre du travail Eric Woerth. (cf. synthèse et dossier de presse en fin de billet).

L'ensemble des organisations syndicales critiquent la réforme présentée par le gouvernement qui fait supporter principalement la réforme sur le travail et accessoirement sur le capital.
Si le projet n'est pas finalisé et reste encore soumis à l'arbitrage du chef de l'Etat, les grandes lignes sont posées : il faudra travailler plus longtemps pour gagner … moins.

Ainsi l'âge légal de départ à la retraite de droit commun passe de 60 à 62 ans à partir de la génération 1956 (en 2018), le droit à la retraite à taux plein est fixé à 67 ans en 2023 (au lieu de 65 ans).
Si la pénibilité au travail est pris en compte par le projet de loi, il sera nécessaire "d'avoir" une incapacité de 20% pour bénéficier d'un départ anticipé avec une pension à taux plein au motif de maladie professionnelle ou d'accident de travail.
Le taux de cotisation retraite dans la fonction publique s'alignera sur celui du secteur privé à 10,55% soit une augmentation de 2,8% représentant une baisse de revenu équivalente (42€ pour un salaire net de 1.500€).

Le débat parlementaire sur le projet de loi devrait débuter le 7 septembre.

Récemment (vendredi 18 juin 2010), le député de la Manche et maire d'Avranches Guénhaël Huet était interrogé dans les colonnes de Ouest-France sur l'actualité locale (ligne THT Cotentin-Maine, démantèlement des barrages sur la Sélune, ligne SNCF Paris-Granville, …) et nationale (réforme des retraites).
Sur ce dernier point, à la question du journaliste ou du correspondant du quotidien : «VRAI» ou «FAUX» «la réforme de la retraite : une réforme injuste et inefficace»
.
Le député de la 2ème circonscription de la Manche répond «FAUX».
Et argumente texto: «C'est un problème de solidarité envers les générations futures.
Nombre croissant de retraités et vieillissement de la population : la réforme est une nécessité.

Elle doit être efficace au travers des financements. Elle doit être juste en taxant les hauts revenus et le revenus du capital.
»

Il est vrai qu'une réforme des retraites doit être entreprise vu les déficits actuels et à venir. Mais les réponses apportées sont-elles les bonnes?
On peut en douter. Sans être exhaustif.
Est-il normal qu'un député au bout de 5 ans de mandat perçoive 1.500€ environ de pension à l'âge légal de départ en retraite. Cette somme augmentant à chaque réélection.
Alors que nombreux sont ceux qui partent avec le minimum vieillesse (709€) ou avec des pensions à peine supérieure en ayant travaillé péniblement 40 ans.
D'autant que la caisse de retraites des parlementaires, structurellement déficitaire, est financée par les contribuables. 
Est-ce JUSTE et EQUITABLE?
Il ne s'agit pas de faire de l'antiparlementarisme, bien au contraire, mais avant de porter atteinte aux droits des salariés et fonctionnaires, il conviendrait que nos élus nationaux (députés et sénateurs de droite comme de gauche) montrent l'exemple et réforment au préalable leurs juteux avantages pour que l'effort demandé ne soit pas supporté toujours par les mêmes.

P1274434D1323055G_apx_470_Autre élément éludé par la réforme est le sacro-saint maintien du montant des pensions des retraités. Le principe de solidarité envers les inactifs ne concerne QUE les actifs.
Or ils sont nombreux les inactifs qui ont des revenus et des trains de vie plus élevés que les actifs. Cela s'explique : leurs enfants ne sont plus à charge, leur maison est "remboursé" et ils sont partis tôt en retraite.
Tout l'inverse des actifs à qui on va demander en plus de travailler plus longtemps et cotiser plus.
Est-ce JUSTE et EQUITABLE?
Le bon sens voudrait que ces retraités aisés participent eux aussi à l'effort national soit en cotisant davantage, soit en réduisant le montant de leurs pensions et que les (trop nombreux) retraités "pauvres" voient leurs pensions augmentées. Ce ne serait que justice sociale.

La réforme va majoritairement peser sur le travail  et peu sur le capital.
C'est pourquoi elle est contestée par une grande majorité de français. Selon un récent sondage TNS-SOFRES-LOGICA publié le 18 juin 2010 pour Europe 1, 66% des français considèrent le projet de réforme des retraites très majoritairement injuste (66%) et 68% des sondés considèrent qu'il ne permet pas de rééquilibrer le système des retraites (lien vers le sondage en fin de billet).
Ce qui met quelques peu en porte-à-faux les déclaration du député de la Manche précité.

 

Un appel  à la grève interprofessionnelle unitaire est fixé jeudi 24 juin 2010.
De nombreux rassemblements et manifestations seront organisés partout en France.
Dans le sud Manche, rendez-vous est donné à Avranches, place Carnot, à 14h30 et à Granville, l'Agora, à 18h00

tract syndical distribué samedi dernier aux alentours d'Avranches :

manif_retraite041


sites et liens internet utiles :



vidéo : reportage de F2, JT du mercredi 16 juin 2010, édition 20h00


synthèse de la réforme des retraites + dossier de presse (source : ministère du travail, de la solidarité et de la fonction publique)

projet de réforme des retraites présentés le 16 juin 2010


François Groualle / avranches infos
http://twitter.com/avranches_infos
http://www.facebook.com/avranches.infos