Alors que la Préfecture de la Manche appelle à la prudence sur la route pour les fêtes de fin d'année [33 vies ont été perdues depuis le début de l'année] (lire ici), l'insécurité routière dans la Manche a progressé depuis début décembre 2018 en comparaison avec la même période en 2017.
En cause la dégradation des radars automatiques de vitesse.  

Un communiqué de presse du Préfet de la Manche Jean-Marc Sabathé publié ce jeudi 27 décembre 2018 fait le point sur le sujet.


dégradation_radars_vitesse

Sécurité routière : tous touchés, tous concernés, tous responsables

Depuis le mois de novembre, le nombre de dégradations de radars fixes dans le département de la Manche ne cesse d’augmenter.
Ces actes d’incivilité sont graves, inutiles, coûteux pour tous les Français et dangereux. Voilà pourquoi : 

1- Contrairement aux idées reçues, les radars ne sont pas des machines à cash. Leur installation partout en France a permis de sauver des milliers de vies. 

2- Si tout le monde respectait les limitations de vitesse et le code de la route, il n’y aurait AUCUN « bénéfice » pour l’État, les radars rapporteraient 0 euro car il n’y aurait aucun flash et aucune amende. 

3- La dégradation d’un radar fixe est aujourd’hui sans effet sur l’identification des infractions, car des radars embarqués dans des véhicules banalisés sillonnent les routes du département. 

4- Une vitre de radar dégradée coûte plusieurs centaines d’euros, un radar entier cassé ou brûlé coûte entre 40 000 et 70 000 euros pièce selon le modèle. Qui paye le remplacement si ce n’est les Français eux-mêmes ? 

5- Les auteurs de dégradations de radars encourent des sanctions pénales très lourdes :
La destruction, la dégradation ou la détérioration d'un bien appartenant à autrui est punie de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende, sauf s'il n'en est résulté qu'un dommage léger. Le fait de tracer des inscriptions, des signes ou des dessins, sans autorisation préalable, sur les façades, les véhicules, les voies publiques ou le mobilier urbain est puni de 3 750 euros d'amende et d'une peine de travail d'intérêt général lorsqu'il n'en est résulté qu'un dommage léger. 

Est-ce que cela vaut la peine de gâcher sa vie pour un radar ? 

6- La disparition des radars fixes donne aux conducteurs un sentiment d’impunité et de totale liberté sur la route. Cela entraîne une hausse, très significative, des excès de vitesse et notamment des grands excès de vitesse, ceux-là même qui mettent les usagers en grand danger.
La destruction des radars est peut-être vécue par les auteurs comme une « punition » de l’État, elle engendre en réalité une terrible insécurité routière et met en danger tout le monde. 

7- Un simple constat :
Au 1
er novembre 2018 dans la Manche : moins de morts, moins de blessés, moins d’accidents qu’en 2017. Au 31 décembre 2018 dans la Manche : plus de morts, plus de blessés, plus d’accidents qu’en 2017. 

Voulons-nous continuer sur cette pente en 2019 ?
Combien de vies ôtées, combien de vies brisées, combien de personnes handicapées à vie, combien de vies défnitivement chamboulées à la suite d’un accident de la route ?
Quel respect devons-nous à toutes les victimes des chaufards de la route ?
Les destructeurs de radars se posent-ils seulement la question ? 

Jean-Marc SABATHÉ 


 

sites et liens internet utiles :


M. X aka François Groualle - avranches infos
Twitter • Facebook (page) • Google+ • Tumblr • Instagram • youtube • dailymotion