fermeture-guichet-gare-SNCF-30:03:2018-rassemblement-citoyen

La SNCF a fermé le guichet de la gare d'Avranches samedi 31 mars 2018. Comme annoncé il y a quelques mois.
La veille, un rassemblement citoyen s'est déroulé devant la gare pour s'opposer à cette fermeture et un train bloqué symboliquement pendant quelques minutes.
Pourtant, tout espoir n'est pas perdu pour qu'une billetterie ouvre de nouveau en gare.

Ouvert en 1878, après 140 ans de bons et loyaux services, le guichet de la gare SNCF d'Avranches a définitivement baissé le rideau samedi 31 mars 2018.

gare-SNCF-Avranches-blocage-train-2018-mars-fermeture-guichet
Cette fermeture était annoncée depuis déjà quelques mois (lire ici) comme celle de Villedieu-les-Poêles et d'autres guichets en Normandie.

La dégradation continue du service public ferroviaire a poussé à la création d'un collectif citoyen de défense des axes Paris-Granville, Caen-Tours et Caen-Rennes courant février.

L'antenne sud Manche a organisé la veille un rassemblement pour s'opposer à cette fermeture.
fermeture-guichet-gare-SNCF-30:03:2018Une cinquantaine de personnes étaient présentes : des membres du collectif, des usagers et quelques élus.

Plusieurs prises de parole ont eu lieu. 
Parmi les intervenants, Erwan Saladin, enseignant et usager de la ligne Paris-Granville, a lu un communiqué de presse (lire ci-dessous), Daniel Mouton, cheminot SNCF, a résumé la rencontre quelques heures plus tôt avec David Nicolas, maire d'Avranches,  ...

les prises de paroles (enregistrement en direct et rediffusion sur l'application Periscope / relais via twitter) :

Puis une partie des participants ont décidé de bloquer symboliquement pendant quelques minutes le train Rennes Caen en gare à 18h54

fermeture-guichet-gare-SNCF-30:03:2018-affiche

Le guichet fermé, une affiche apposée sur une porte de la gare informe les usagers comment se procurer un billet de transport ferroviaire :

  • sur les sites internet suivants : ter.sncf.com/normandie ou oui.sncf
  • en appelant au 3635 (0,40€ TTC/mn)
  • en gare SNCF de Granville, le guichet le plus proche
  • sur l'application mobile SNCF (iOS et Androïd)
  • ...

... et à l'office du tourisme, rue du Général de Gaulle à Avranches pour les billets régionaux et à destination de Paris.

«Un guichet pourrait réouvrir à la gare d'Avranches» déclare David Nicolas, contacté par téléphone en fin de journée. Offrant ainsi un second point de vente physique à Avranches et permettant de faire revivre la gare.
La billetterie SNCF pourraient être proposée à l'agence postale communale / office du tourisme installée dans les locaux de la gare à partir du 1er juin 2018.
gare-SNCF-Avranches-office tourisme-Poste-guichet-agence postale communale-APC-OTActuellement l'agent de l'OT exerce son activité à temps partiel. «Mais avec une billetterie SNCF, le contrat pourrait être à temps plein» espère le maire de la commune, le complément étant financé par la SNCF pour assurer le service.
En aparté, David Nicolas précise que l'agent communal deviendrait intercommunal suite au transfert de la compétence "tourisme" de la ville vers l'EPIC Tourisme rattaché la communauté d'agglomération Mont-Saint-Michel Normandie.

Par ailleurs, à la même date, les deux offices du tourisme avranchinais pourraient proposer des billets toute destination, partout en France, après l'installation d'une nouvelle application informatique et la formation des agents à ce logiciel.

A suivre.


communiqué de presse : texte de la prise de parole du collectif citoyen de défense des axes Paris-Granville, Caen-Tours et Caen-Rennes - Avranches 30/03/2018 :

L'avenir du service public SNCF est menacée.
Les décisions prises par le président de la région Normandie et la SNCF s’inscrivent déjà dans la réduction de l'offre ferroviaire. 

De nombreux guichets ont été supprimés (la semaine dernière à Villedieu, demain Avranches, bientôt Vire, Pontorson, etc.), des suppressions de postes et des suppressions de trains ont déjà eu lieu (les TER entre Dreux et Granville, les navettes entre Surdon et Alençon).

D’autres suppressions sont programmées comme les Caen Rennes qui desservaient toutes les gares et qui seront remplacés par un bus qui ne fera plus qu’un ou deux arrêts sans pour autant améliorer le temps de parcours. La mise en place d’automates ne fera qu’accroitre la fracture numérique qui touche plus de 30% de la population.
L’ensemble de ces mesures éloigne de plus en plus d’usagers de l’accès au train et ne sera pas sans incidence sur les axes Bas Normands.

Quel est l’avenir de la ligne Paris Granville, via Argentan, quand Mr Morin annonce la vente des trains Régiolis. A-t-il déjà commencé des négociations avec certains opérateurs privés ?
Que devient l’accueil des trains à Paris Montparnasse, cette promesse jamais tenue ?

Toutes ces décisions ont été précédées par un simulacre de concertation.
En effet la suppression des comités de lignes, qui étaient pourtant le lieu d’expression des besoins des usagers et des collectivités, ont été supprimés par le président de région.

Aujourd'hui, le gouvernement tente un passage en force par le recours aux ordonnances, pour décider de l'avenir d'une entreprise nationale, propriété de la nation. Cela mériterait un tout autre débat que de vouloir opposer la population au statut des cheminots en ayant recours aux clichés les plus éculés, comme si le progrès technique devait amener à des reculs sociaux. D’ailleurs les résultats de la SNCF, avec 1,3 milliard de bénéfices en 2017, démontrent à l’évidence que les cheminots ont déjà payé un lourd tribut en termes de suppressions d’emploi, de conditions de travail et de salaire pour arriver à de tels résultats.

La transformation de la SNCF en Société Anonyme n’est que le prélude à une privatisation.
L’ouverture à la concurrence a conduit sur les autres réseaux européens à la fermeture de lignes, à la diminution de l’offre et à une augmentation des tarifs. Quels intérêts pour les usagers ? Quel avenir pour les territoires ?

Au contraire il faut bâtir un véritable projet d’une seule entreprise SNCF de service public qui intègre les enjeux de société en lien avec les besoins de déplacements des populations, l'attractivité des territoires, les conditions d'accès au transport pour tous et la dimension environnementale. 
Le Grenelle de l’environnement et les COP imposent de diminuer de 40% les gaz à effets de serre d’ici 2030. On en est bien loin ! Et pourtant on favorise le bus et le camion !

Concernant la dette, elle est avant tout celle de l’État, lors que la modernisation de réseau ferré (RSF), notamment son électrification. Et elle ne disparaîtra pas magiquement avec une privatisation. Mais elle n'est pas un obstacle insurmontable, il s’agit d’un choix qui peut trouver une solution par la création d’une caisse d’amortissement prise en charge par l’Etat. Ce qui permettrait de libérer 2 milliards chaque année pour l’entretien et la modernisation du réseau. Cela exige également de mettre en place des contrats de plan Etat et Régions avec recours à des financements européens.

Ainsi pourraient être réalisée l’électrification des lignes du sud Normandie avec une mise à niveau du réseau, avec la remise en double voie sur Paris-Granville, permettant de passer au dispositif  160km/h sur les trois axes. Cela permettrait d’envisager des TGV vers Lyon au départ de Caen, une meilleure desserte du Mont St Michel, de gagner 30 minutes sur Paris-Granville et sur les relations connexes. De plus, la continuité de traction électrique relancerait la pertinence de l’Arc Atlantique en reliant les ports de la façade maritime pour le développement du FRET avec la possibilité du contournement par l’Ouest de Paris. Ainsi, le réseau sud Normandie retrouverait une réelle attractivité pour les voyageurs et les territoires. Ce sont ces aspects que notre collectif citoyen a placés au cœur de ses actions.
Pour toutes ces raisons, nous vous invitons à rejoindre notre collectif citoyen d’usagers. 
Déjà plus de 3000 signatures, il faut continuer à pétitionner pour exiger de véritables moyens pour le service public.


https://www.change.org/p/collectif-défense-axes-sud-normandie-pour-la-défense-des-axes-ferroviaires-paris-granville-caen-tours-et-caen-rennes

actions du collectif :
- tracts d'informations, conférences de presse
- envoi de lettres ouvertes aux élus de Normandie, donc certains s'inquiètent aussi de l'avenir de la ligne Paris-Granville, via Argentan
- rencontres avec les maires de Villedieu, Avranches, Vire, avec  le député Bertrand Sorre. Mais ces élus pensent pérenniser les services avec des partenariats public/privé
- pétition en ligne et papier : plus de 3.000 !
- élaboration de projets pour améliorer les lignes, proposer des montages horaires-correspondances, pour des trajets qui intéresseraient un plus grand nombre de voyageurs.
- l'UE n'oblige pas à la privatisation : c'est un choix national. La SNCF fait des bénéfices. La dette des travaux de modernisation sera toujours à payer par les contribuables en cas de privatisation. L’aménagement de tous les territoires nécessite du service ferroviaire public !


sites et/ou liens internet utiles :

 


Monsieur X aka François Groualle - avranches infos
Twitter • Facebook (page) • Google+ • Tumblr • Instagram • youtube • dailymotion