C'est la tradition, chaque fin d'année, l'Institut National de la Statistiques et des Etudes Démographiques (ci-après INSEE) livre ses chiffres sur la démographie française à la date du 1er janvier 2015 et son évolution sur la période 2010-2015.

Si la population nationale et normande progresse sur la période respectivement de 0,5% avec 66.190.280 habitants et 0,2% avec 3.339.131 habitants, celle du département de la Manche maintient son équilibre à presque 500.000 habitants, précisèment à 499.300 habitants.
Elle s’est stabilisée depuis 2010, le solde naturel étant nul et le solde migratoire évoluant très peu.
Parmi les plus grandes communes, Saint-Lô et Granville affichent des évolutions favorables, ainsi que certaines zones littorales.
À l’inverse, le sud-est du territoire continue à perdre des habitants.

Au 1er janvier 2015, la population de la Manche s’élève à 499 300 habitants, soit 540 de plus que cinq ans auparavant.
Cherbourg-en-Cotentin est la commune la plus peuplée (80 600 habitants) et Taillepied (26 habitants) la plus petite commune de la Manche.
C’est un département de taille moyenne, qui se classe au 53e rang en nombre d’habitants, entre la Drôme (en Auvergne Rhône-Alpes) et les Pyrénées Orientales (en Occitanie).
Avec une hausse annuelle moyenne quasiment nulle entre 2010 et 2015, la population manchoise progresse moins vite que la population normande (+0,2%) et la population française (+ 0,5 %). La très légère croissance démographique repose uniquement sur les flux migratoires (+ 0,1 %, le taux le plus élevé en Normandie avec l’Eure et le Calvados), le solde naturel restant nul sur cette période (le taux le plus faible en Normandie, après l’Orne).

évolution population France Normandie Manche 2010 2015

Une zone d’expansion démographique soutenue se situe sur un axe Cherbourg-en-Cotentin/Les Pieux, à l’exception de ces deux villes qui, elles, perdent des habitants.
La population croît également administrative, préfecture du département, et à Granville, qui affichent des taux de croissance annuels de la population respectivement de + 0,6 % et + 0,3 %. Enfin, les zones littorales ou rétro-littorales de la Manche, principalement dans l’Avranchin, et autour de Bréhal, sont attractives.

A l’inverse, le recul démographique concerne surtout les communes du sud-est de la Manche (comme Mortain Bocage, – 1,4 %). À l’exception de Granville et Saint-Lô, déjà citées, les plus grandes villes continuent aussi de perdre des habitants ; c’est par exemple le cas de Cherbourg (– 0,4 %) et Coutances (– 1,5 %), touchées par la périurbanisation des communes plus attractives en périphérie.
Au 1er janvier 2017, 9 communes nouvelles ont été créées, après 36 un an auparavant. Celle de la Hague, composée de 19 anciennes communes, dépasse le seuil des 10 000 habitants. Le département de la Manche passe ainsi de trois à quatre communes de plus de 10 000 habitants.

évolution population communes Manche 2010 2015

La croissance démographique est plus marquée pour les petites communes, en particulier celles de 250 à 1 000 habitants. Le nombre d’habitants reste stable dans les communes de 1 000 à 3 500 habitants, mais il diminue dans les communes plus importantes. La baisse est particulièrement sensible pour la tranche de 5 000 à 10 000 habitants, les communes de cette ampleur voyant leur population diminuer en moyenne de 0,6 % par an.

populations municipales 2010 2015 Manche

 


Définitions
La croissance démographique est plus marquée pour les petites communes, en particulier celles de 250 à 1 000 habitants. Le nombre d’habitants reste stable dans les communes de 1 000 à 3 500 habitants, mais il diminue dans les communes plus importantes. La baisse est particulièrement sensible pour la tranche de 5 000 à 10 000 habitants, les communes de cette ampleur voyant leur population diminuer en moyenne de 0,6 % par an.
4 Saint-Lô et Granville gagnent des habitants
Évolution des populations municipales des 10 communes les plus
importantes entre 2010 et 2015
Source : Insee, recensements de la population 2010-2015
DEFINITION
Géographie : la géographie utilisée pour la diffusion du recensement de l’année 2015 est la géographie en vigueur au 1er janvier 2017.
Des chiffres fondés sur cinq ans d'enquêtes : le recensement repose sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. En cumulant cinq enquêtes, l'ensemble des habitants des communes de moins de 10 000 habitants et 40 % environ de la population des communes de 10 000 habitants ou plus sont pris en compte. Les informations ainsi collectées sont ramenées à une même date pour toutes les communes afin d'assurer l'égalité de traitement entre elles. Cette date de référence est fixée au 1er janvier de l'année médiane des cinq années d'enquête (2013, 2014, 2015, 2016 et 2017) pour obtenir une meilleure robustesse des données, soit le 1er janvier 2015.
La population municipale comprend les personnes ayant leur résidence habituelle sur le territoire de la commune, dans un logement ou une communauté.


sites et/ou liens internet utiles :


M. X aka François Groualle - avranches infos
twitter • facebook (page) • google+ • tumblr • instagram • youtube • dailymotion